Voyage dans l’Ouest Américain #2

JOUR 3 Mercredi
Aujourd’hui, nous nous levons toujours tôt et prenons le petit déjeuner dans la cafétéria de notre hôtel. Pour 43$ à trois. Vu le prix, nous ne nous sommes pas gênées et en avons pris pour notre voyage. 5 ou 6 bananes, plusieurs muffins, des gâteaux, des pommes… Après tout, c’est payé, (ou comment se donner bonne conscience).
Nous partons pour Williams, mais en passant par plusieurs étapes.
Tout d’abord, nous nous sommes arrêtées à Hoover Dam, au barrage. Merci au vent d’avoir failli arraché la portière et ma crinière par la même occasion. Ce barrage est celui qui caractérise la frontière entre le Nevada et l’Arizona. Puis nous sommes ensuite reparties en direction de Chloride, une ville minière quasiment abandonnée, où nous avons été très bien accueillies par un américain qui nous a conduit à un mur peint dans les années 70 par des hippies, ou probablement une secte. A en juger les photos, je pencherais pour une secte, car il s’agit du cycle de la vie, et d’Adam et Eve. Cette ville m’a fasciné, car elle conserve chaque détail malgré le passage du temps. Ses vieilles caravanes abandonnées, ses maisons en ruine, les clôtures électriques. On se serait cru dans le film « La colline a des yeux ». A regarder chaque habitation vétuste, on pouvait s’imaginer qu’il y avait de la vie autrefois là dedans. Nous avons également visité le Général Store et la reconstitution d’une ville Far West. Après Chloride, nous sommes allées à Oatman, la ville minière où des ânes vivent en liberté. Plus touristique, elle proposent de nombreuses boutiques typiques route 66, mais les prix sont un peu élevés. Nous en avons profité pour boire un coup. La ville en elle même était plutôt jolie. Je crois que l’étape la plus mystérieuse de notre voyage se situe à Seligman. Cette ville type années 50 rock’n’roll ne nous a pas laissées de marbre. Lorsque nous nous y sommes garées, il n’y avait pas de touristes, et le peu de gens qui étaient là nous dévisageaient. Les voitures étaient décorées de guirlandes bizarres, et il y avait la tête d’un bonhomme vert dans les toilettes. Sur le principal magasin de souvenirs, il y avait des dizaines de mannequins sur le toit, et cachés derrière les fenêtres. Toujours personne aux alentours, à part des mannequins dans les vieilles voitures. Lorsque nous nous sommes approchées d’une maison où étaient suspendues des cornes d’animaux, nous avons entendu une prote grincer, et un homme nous observer depuis l’entrebâillement de sa porte. Des gens se cachaient derrière leurs fenêtre pour nous épier, et lorsque nous sommes parties (à toute allure), nous avons entendu quelqu’un  nous siffler. Ce fut vraiment une étrange visite que nous avions faite, et nous ne sommes vraiment pas restées longtemps. Nous avions l’impression d’être attendues, et observées… Le soir, nous sommes arrivées toutes émotionnées à Williams, une ville des années 50 également, mais beaucoup plus animée et vivante. Nous avons mangé au restaurant, et j’ai choisi une spécialité américaine, des côtelettes de bœuf bouilli, sauce barbecue et accompagnées d’un morceau de maïs chaud.

Poster le premier commentaire